Carnet de route de Caloulaframboiz

11 juillet, 2014

La vie, c’est pas du cinéma

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 18:06

Fin de l’année scolaire; les deux petites néo-zélandaises qui ont passé l’année chez nous repartent dans leur pays. En passant devant leur maître, l’une d’elle s’écrie avec un accent pas possible:  » Au revoir, maitresse! »   ….On a dû rater quelque chose au niveau du bain de langue…

Je suis partie de ma classe pour 7 semaines de congé sans dire au revoir à qui que ce soit. En fait, c’était même pas prémédité, lorsque la cloche a retenti, les enfants sont partis en courant, un peu parce que les vacances, un peu aussi parce qu’il pleuvait des trombes d’eau et qu’on aurait eu du mal pour les effusions dans la cour de récré…Et puis je suis revenue dans ma classe, j’ai débranché l’ordinateur, fait mon sac, éteint les lumières et je suis partie. Ce n’est qu’une fois en voiture que j’ai réalisé. Je n’ai dit au revoir à PERSONNE. Wild girl!

Peu à peu, les fils du travail se défont. Je casse le rythme, me lève plus tard, commence à prévoir des choses pour me faire plaisir. Passer chez le libraire acheter des romans, prendre des billets pour le festival d’Avignon, écrire les nouvelles qui me trottent dans la tête. Aller de l’avant, être curieuse de tout. 

Et avec tout ça, le Brésil qui perd 1-7 contre l’Allemagne;  je me suis fait insulter parce que j’ai dit que j’aimais bien la coupe du monde de foot, ma voisine quittée par son mari après 16 ans de vie commune, et qui pour le lui annoncer, choisit de lui envoyer un mail;  un rêve un peu dingue où je fais la causette avec Johnny Halliday à l’arrière d’une Aronde…

Au festival d’Avignon, l’impression de retrouver de vieilles connaissances. La même foule bigarrée, les mêmes spectacles déjantées, les mêmes têtes connues. Premier spectacle, premières émotions: Quentin, Woody, Steven et moi, de Nicolas Maury, ou 70 minutes pour nous démontrer que la vie , c’est hélas, pas du cinéma… Dommage! ça aurait de la gueule de se quitter avec des répliques bien senties, de retrouver l’amour de sa vie avec, en fond musical,  une musique lyrique, de mourir en ayant juste le temps à la dernière seconde de dire LA phrase qui va scier tout le monde, de ne pas à avoir à attendre des années  pour retrouver celui qu’on aime mais juste quelques minutes; ça aurait de la gueule de se retourner à l’aéroport et de voir que finalement, il préfère rester que partir, et de pouvoir rejouer la scène différemment en changeant juste ce qui n’allait pas.  ça serait pas mal si le mec-à-qui-tout-sourit- pouvait tomber amoureux de la femme de chambre plutôt que de la soumettre, si on pouvait remonter le temps histoire de changer l’aiguillage au moment où ça a commencé à foirer…

Allez, demain, autre spectacle, autre humeur. :-) Lilith, celle qui a été bannie et qu’on a remplacée par Eve…je sais pas du tout à quoi m’attendre!

16 mai, 2014

L’amour, quand on a dix ans

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 20:13

Chaque année, c’est pareil: le dernier trimestre, mes CM2 font une poussée d’hormones. Ils vont bientôt quitter l’école primaire, ils ont grandi, les filles me racontent en catimini qu’elles ont leurs règles et les garçons ricanent bêtement entre eux… Carla, revenant de vacances de Pâques, me raconte, la mine désolée: « tu sais maîtresse, tous les soirs pendant deux semaines, je suis allée attendre Grégoire pour jouer sur la place, et il n’est pas venu. Il ne m’avait pas dit qu’il devait partir à la mer. » Si c’est pas de l’amour, ça…On voit déjà se profiler la pauvre fille qui n’a pas fini d’en baver, et le beau gosse qui va les faire se damner…La rivalité entre filles s’instaure. Il faut attirer l’attention des garçons: et que je fais tomber à l’insu de mon plein gré la bretelle de mon soutien-gorge 55A , et que je me remets du gloss en douce … Une gamine a même proposé de l’argent à la préférée du moment du bogoss pour que celle -ci ne joue plus avec lui… Aujourd’hui, bogoss était absent, curieusement, toutes mes filles se sont remises sérieusement au boulot… soupirs…

19 avril, 2014

La Cèze

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 17:18

cèze3

Plusieurs fois, j’ai parlé de la Cèze, la rivière qui coule près de chez moi. C’est maintenant que je l’apprécie le plus, sans les touristes…

 

famille009.jpg    la cèze

Et puis en été, sans parler de  la foule descendue au pas de charge de l’Europe du nord, c’est moins beau, les eaux sont basses et les herbes jaunies. (Voilà, quoi, on se console comme on peut :-)   )

20 novembre, 2013

Sur le chemin

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 13:04

Bon, c’est officiel, demain j’aurai 50 ans. Est-ce pour cela que j’ai fait ce rêve étrange cette nuit? Je me suis vue chez Edith Piaf, qui m’offrait une bouteille de champagne hors de prix, en me disant que cette occasion le valait bien. Bizarre, non? Je rapproche cela avec le fait qu’Edith est morte il y a justement 50 ans, mais sinon, j’ai du mal à suivre les circonvolutions de mon cerveau dans ses errances nocturnes…

50 ans… jusqu’à cet été, je crânais, je me moquais des copines qui dramatisaient, mais je dois bien avouer que moi aussi, je suis à l’heure de faire mon petit bilan. J’aurais pu faire mieux, j’aurais pu aller plus loin, j’ai été trop timide, j’ai toujours trop douté.  J’ai de belles réussites aussi, n’empêche que le bateau coule lentement mais sûrement: des lunettes pour lire, une perte d’audition côté gauche, douleur du soir dans les cervicales…Tout ça ne colle pas. Mentalement, j’ai des envies d’ado, vivre tout à fond, connaître des montagnes russes émotionnelles, faire des folies…Je pense aussi à ceux que j’ai perdus en chemin, à ceux qui sont partis trop tôt, dont il ne me reste que la voix ou le sourire en mémoire, ceux que j’ai perdus par négligence, laissant le temps creuser l’éloignement jusqu’à devenir des étrangers.

Je pense à moi le jour de mon oral du bac de français, décrétant du haut de mes 16 ans à un vieux professeur sentant l’alcool que l’amour fou n’existe que dans les poèmes. Je pense à moi le jour de mes 20 ans, persuadée d’être d’une droititude à toute épreuve. Depuis, j’ai tellement pris de tangentes et de virages de compromission que j’ai foutu un beau bordel  dans mes plans sur l’avenir  la comète.Et que dire de moi, à 29 ans, avec mon bébé d’amour dans les bras, me demandant si j’allais réussir à être une bonne mère, et accessoirement comment on change une couche de bébé et comment on sait pourquoi il pleure…

J’ai été amoureuse, j’ai crû vivre un conte de fées, je me suis cassée la gueule sur la réalité, j’ai été fan d’un chanteur, j’ai rencontré des gens, des lieux magiques,j’ai morflé et j’ai profité aussi, j’ai été trahie, la vie, quoi…

Et puis maman m’a dit:  » fais-nous une petite liste de ce qui te ferait vraiment plaisir pour ton anniversaire » et je me suis retrouvée, comme l’écrivain, à écrire la liste de mes envies… ça avait l’air facile…je suis restée longtemps, le nez en l’air, le stylo en attente, devant ma feuille blanche. J’ai envie de quoi? De choses qui ne s’achètent pas. De voir mes êtres chers heureux. Merde, mais  pourquoi  je ne suis plus une fille futile? 

ça aussi, c’est drôle: je ne parle jamais de moi en écrivant   « femme ».

Je suis une fille, ad vitam eternam. 

 

21 octobre, 2013

Ou comment se laisser flotter au gré des vents

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 22:23

C’est l’impression dominante de ces deux derniers mois: vivre en se laissant porter. Il y a les choses à faire absolument, et pour tout le reste, il y a l’attente, l’indécision, les  » je vais voir », sans jamais arriver à décider quoique ce soit. Sensation très bizarre de stagnation, moi qui adore quand ça bouge. Alors, rien ne se passe, forcément…Pour que ça bouge, faut bouger, non?Il y a même des jours où je ne réponds pas aux appels sur mon portable….pas envie …je me découvre telle que je ne me suis jamais vue, dans l’introspection…Paraît que c’est la faute à Saturne qui est dans le signe du scorpion pour toute l’année 2013, et même un bout de 2014….ça promet…

Bon, OK, demain, parce qu’on m’a un peu forcé la main, je pars quelques jours au bord de la mer, dans un endroit où on peut profiter de la thalasso ( merci les offres à – 70% pour la Toussaint :-) ),peut-être que ça va enfin me sortir de ma léthargie…

11 septembre, 2013

Elles râlent.

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 8:43

Pourquoi  mes collègues ne sont -elles jamais contentes? Elles arrivent le matin fatiguées, démotivées, elles passent leur journée à râler – après la récréation qui n’était pas assez longue, du coup elles n’ont pas pu finir leur café- après le directeur qui fait tout de travers- après le maire, ce grand incompétent- après le bruit du chantier voisin- après les gosses insupportables, qui ne savent rien, qui ne vont pas assez vite, qui, il y a  vingt ans, ma bonne dame savaient se tenir autrement- après les parents qui ont toujours quelque chose à redire- etc etc etc

La journée est une longue litanie et je ne supporte plus d’entendre des gens râler autour de moi en permanence. Non, notre boulot n’est pas le plus pénible du monde, non, je ne suis pas lassée de toutes ces petites choses qui font le métier d’enseignant et lorsque les gosses ne m’écoutent plus parce qu’un énorme engin de chantier de 9 m de long passe le long de nos fenêtres, je me dis que c’est bien d’avoir dix ans. Du coup, plutôt que de rester dans ma classe le soir, je prends mes affaires et je vais finir les corrections  à la maison.

Cette année, j’ai envie d’être entourée d’ondes positives!!!

6 août, 2013

So good!

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 17:29

Des petits bonheurs de vacances:

-Le moment de la sieste, volets presque clos pour laisser passer juste un rai de lumière, et entendre, atténué, le chant des cigales. S’allonger. Sentir les muscles se délier un à un et sombrer pour une demi-heure…

-Le choix de la baignade: piscine ou rivière? La rivière est plus gaie et sent exactement la même odeur que lorsque j’étais petite. Des plages à l’ombre, sous les grands arbres, l’eau fraîche mais pas glacée et les alevins qui viennent me bécoter les pieds…

-Les soirées à la fraîche lorsque le soleil s’est couché. L’attente pour saisir au vol les étoiles filantes, l’imagination qui va bon train. Des grillons dans l’herbe et hier soir, un ver luisant pour seul éclairage de la forêt…

-La cuisine d’été: vite fait, bon, sain. Faire sa spécialité et inviter des amis: la soupe au pistou. Inventer des recettes avec tous les légumes que me donne mon père. Variante du pain d’aubergines, tian provençal, tarte à la tomate, purée de poivrons…

-Avoir le choix entre le festival du blues avec  Leïla Zoé en vedette ou une soirée Brassens dans le village d’à côté. Constater avec ravissement que ce n’est pas le même soir et que donc, on pourra tout faire.  Décider au dernier moment si on y va ou pas  et si c’est oui, ne pas se donner d’heure pour rentrer.

-Traîner sur l’ordi avec des choses bien futiles, l’horoscope du mois, une partie de belote, Facebook…

-Juger du coin de l’œil sur le calendrier mural que le 30 août est encore loin.

-Savourer.

7 mai, 2013

Insomnie

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 23:55

Insomnie, quand tu nous tiens…Bon, OK, j’ai été opérée hier à Marseille, j’ai stressé à mort, j’ai fait une chute de tension terrible en salle de réveil, bla bla bla, je passe sur les joies bucoliques de l’hospitalisation, des gentilles infirmières qui vous prennent la tension à 1h, puis à 3h puis à 5h du matin, sur ma voisine de couloir qui râlait toute la nuit en ronflant…là, je suis chez moi, et je pensais m’écrouler en retrouvant MON lit, MON oreiller, MON chez moi…et non. Pas si simple de remettre le corps dans de doux draps sereins. Un bol de verveine bien chaude à côté de moi, des oiseaux qui nichent dans le volet, le ron ron du frigidaire légèrement incontinent, le silence alentour… J’essaie de ré apprivoiser l’ entourage. ^^

29 avril, 2013

L’insoutenable légèreté de l’être

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 20:47

Je l’ai aimé à la folie, déraisonnablement. J’ai été audacieuse, courageuse, folle à lier, j’ai traversé la France, je suis allée au concert  d’un  groupe que je n’aimais pas, j’ai lu des livres que j’ai détestés, écouté des émissions, écrit des histoires, rêvé, fantasmé, tout ça parce qu’il me portait, parce qu’il me donnait des ailes. J’étais légère, gaie ou affreusement malheureuse, je brûlais la chandelle par les deux bouts, je priais pour que ça ne s’arrête jamais, je priais pour que ça s’arrête vite, je souffrais, je pleurais, je lui en voulais, je riais, je tachycardais, je rayonnais, j’en voulais encore et encore. Je ne le trouvais pas beau, mais terriblement sexy, c’était encore pire…

…Aujourd’hui, les années ont passé, la magie aussi. Il est moche, veule, dur, versatile, a des goûts si éloignés des miens…L’histoire n’est pas nouvelle et le temps a fait son œuvre…Le « philtre  d’amour » est, d’après les scientifiques, un savant dosage d’hormones qui inhibe la perception des défauts pour permettre la vie à deux et éventuellement rendre la reproduction possible. N’empêche, on se demande encore comment c’est possible, on se dit une fois encore qu’on ne nous y reprendra pas. On s’interroge: comment peut-on ressentir de tels extrêmes pour la même personne? Tout cela ne serait-il que du vent? L’inconstance des sentiments terrifie.

La prochaine fois,on saura être objective et sans fard.

Peut- être.

7 avril, 2013

Des perles

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 16:49

Les dernières œuvres d’art de mes élèves:

Interrogation d’instruction civique:  » Marianne représente la république, elle a un poney frigien »–> ( bonnet phrygien)…

 

Grammaire, complète  le nom souligné  avec une proposition relative:

Le bateau sort du port.

Réponse de Emile–>Le bateau qui coule sort du port.

 

A la récréation:

-Maîtresse, il m’a traité de salope et de grosse conne ce matin.

-C’est même pas vrai, c’était cet après-midi.

 

Trouve la lettre finale muette.Justifie ta réponse par un mot de la même famille. 

Réponse de Mathilde–> une dent: dentiste;  un drao: draousse ( drap housse!!!!)

 

Nathaël, récupère ton livre dans ton casier, nous t’attendons!

- C’est qu’est -ce que je suis en train de faire!

-Non, on dit  » C’est CE que je suis en train de faire!

– Ben, c’est qu’est-ce que j’ai dit! ….

 

 

J’ai un CM1/CM2, y a du boulot…

12

lirgnomed |
unefilleajd |
Banale , mais .. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chroniques d'un libanais gai
| Océane
| danslapeaudunefemmede38ans