Carnet de route de Caloulaframboiz

19 janvier, 2014

Au revoir là-haut

Classé sous Coups de coeur — caloulaframboiz @ 15:03

 

 

 

revoir-la-haut-1393495-616x0Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas été emballée par un livre. J’ai même lu ces derniers temps de franches nullités. Celui-ci, Au revoir là-haut, j’en ai entendu parler à la radio. Je l’ai lu en 3 jours sans pouvoir  m’en détacher sauf quand mes yeux demandaient grâce.

«Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après.» Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. On côtoie une gueule cassée qui tourne à la morphine pour supporter la douleur, un pauvre gars devenu parano qui fait ce qu’il peut pour trouver sa place dans l’après-guerre, partout le profit, les magouilles, le cynisme et malgré tout l’entraide, la folie pour se sentir encore vivant, l’amitié…

Ce qui m’aura le plus marqué, c’est cette scène saisissante où le soldat réfugié dans un trou d’obus se fait ensevelir vivant après qu’un mortier ait éclaté jute à côté de son abri. Il meurt suffoqué et on vit ça avec lui. Horriblement bien écrit.

Bon,je ne raconte pas toutes les petites merveilles « son visage n’était pas gracieux mais elle était très belle de dot », je ne dévoile pas non plus les multiples rebondissements… Je regrette juste un peu la fin, presque trop facile après 400 pages de péripéties…

2 novembre, 2013

Un petit message

Classé sous Coups de coeur — caloulaframboiz @ 23:05
Ce soir, je reçois ça dans ma messagerie orange:
coucou Chantal,
Je voulais te faire une petite bise en passant !!!
Parce que je pensais à une maîtresse merveilleuse que j’avais en primaire et donc, je suis allais chercher mes affaire du CM2 et la j’ai trouvée ton Adresse !!!
PS: J’espère que tu va bien !!!!
Romane
C’est une élève que j’ai eue voici trois ans, et son message m’est allé droit au cœur! 

14 août, 2013

Je suis tombée en amour. Deux fois.

Classé sous Coups de coeur — caloulaframboiz @ 23:57

Si je tenais un album photo avec les légendes écrites sous chaque cliché, je pourrais marquer sous les photos des deux derniers jours:  » week-end émotion ».

Émotion musicale d’abord, en entendant, en voyant pour la première fois Leïla Zoé sur scène, une blueswoman canadienne.

rTDWRTItwJo

Je suis tombée en amour. Deux fois. dans Coups de coeur leila-zoe-200x300

Sexy blues

 

Elle est arrivée sur scène pieds nus,tatouée sur tout le corps, sa longue chevelure rousse au vent,  et elle a attaqué a capella pendant plusieurs minutes. Une voix magique, ensorcelante, frisson intégral et boule d’émotion. J’entendais les murmures d’approbation tout autour de moi, le public était définitivement conquis. La diablesse rousse n’a pas usurpé son surnom de  » réincarnation de Janis Joplin ». Elle et ses musiciens nous ont emmenés très très loin, même les petites mamies venues avec leur fauteuil dodelinaient furieusement du chef!!! Pour le rappel, elle a prévenu qu’il fallait aller coucher les enfants, parce que ça allait être « hot blues », elle ne nous a pas menti! Corps à corps avec son guitariste, longues plaintes amoureuses, ondulations suggestives, wow!

Et puis le lendemain, j’étais invitée aux 40 ans d’une copine, l’occasion de retrouver plusieurs amis et de découvrir ceux de son mari, descendus exprès de la Lozère. Mon coup de cœur a été pour un adorable petit bout de chou de 2 ans, juste incroyable, qui a dansé et s’est amusé avec les lumières jusque très tard, qui venait me voir et s’amusait des ballons que je lui décrochais.Un petit sourire à faire fondre la banquise,  et pourtant, je  ne suis pas spécialement du genre à m’extasier devant les maternelles, plutôt même à me féliciter d’avoir passer cap d’avoir des enfants à bas âge. Bref, un peu plus tard   dans la soirée, je suis sortie prendre l’air et discuter avec celui que je pensais être le père du petit garçon: et là, il m’a expliqué que ce petit gars était en famille d’accueil chez lui depuis un an! j’ai discuté longuement avec lui, et j’ai découvert quelqu’un d’exceptionnel et de très attachant, ce genre de personne avec qui on pourrait discuter jusqu’au bout de la nuit sans voir le temps passer.

4 juin, 2013

Impressionnisme

Classé sous Coups de coeur — caloulaframboiz @ 17:49

 

Impressionnisme dans Coups de coeur dsc02387-300x225

Quand le champ derrière l’école se la joue impressionniste… ou les joies de la France rurale!

14 juillet, 2012

Dans les forêts de Sibérie

Classé sous Coups de coeur — caloulaframboiz @ 11:06

 

 

 

Première Madeleine de Proust des vacances: lire!

Cela faisait quelques temps que je n’avais plus eu de coup Dans les forêts de Sibérie dans Coups de coeur dans-les-for%C3%AAts-204x300de cœur Lecture, et puis, en ce début de vacances, j’ai pu enfin lire, que dis-je, savourer Dans les forêts de Sibérie, de Sylvain Tesson, le journal autobiographique de cet écrivain volontairement exilé pour six mois dans une cabane, au bord du lac Baïkal. Il nous raconte les journées passées dans cette nature qui pourrait paraître hostile mais qui lui fournit tout ce dont il a besoin,il nous dit  la magie des paysages du Grand Nord, les craquements de la glace la nuit, tellement forts qu’ils en ébranlent la cabane, les marches en solitaire dans la forêt, les arbres, le vent, le soleil, la neige, et ces rencontres totalement incongrues. Les litres de vodka et de bière défilent, les jours passent, il lit, contemple, comprend, joue aux échecs contre lui-même, coupe du bois, pêche. Une vraie Robinsonnade du XXIème siècle, qu’on apprécie comme une douceur qui fait du bien.

 Le style  est impeccable, poétique, et je me suis surprise plein de fois à relire des passages pour leur beauté, pour leur justesse, tant le roman fourmille de trouvailles et de tendresse. On sourit toujours quand l’auteur se frotte aux Russes, on découvre  ce que les Russes pensent des Français, ce peuple qu’ils ne comprennent pas, « ce pays qui est venu avec la grande armée de l’aigle jusqu’à Moscou, à cheval, et qui, aujourd’hui, est totalement bloqué par 5 cm de neige, ce pays qui envoie des troupes en Afghanistan et en Libye mais qui ne sait pas arrêter une émeute en banlieue. »


Le livre est refermé et j’ai encore ce petit sourire aux lèvres : il écrit ce dont on rêve tous: prendre le temps, ne plus être dans le paraître, aller à l’essentiel.

 

 

 

 



 

31 mai, 2011

La couleur des sentiments

Classé sous Coups de coeur — caloulaframboiz @ 17:43

couleursentiments1.jpg

La couleur des sentiments, de Kathryn Stockett

 

J’ai adoré ce livre! Ce fut le coup de coeur intégral! Vous savez, c’est ce genre d’histoire qu’on commence sans trop savoir où l’on va et qu’on ne peut plus lâcher avant la fin.

On est en 1962, dans la petite ville de Jackson, Mississipi. Les lois raciales font autorité et les bonnes noires sont au service des bourgeoises blanches. Les bonnes noires n’utilisent pas les mêmes couverts que les blancs, les bonnes noires ont des toilettes séparées au fond du jardin parce qu’elles  » ont des maladies que n’ont pas les blancs »,  elles sont obligées de porter, même par 38°C à l’ombre, des collants blancs pour cacher la couleur de leur peau qui dérange. L’une d’elle, Aibileen, a, au bout de quarante ans de service , appris à tenir sa langue, mais Minny, son amie, insolente et tête brûlée, vient juste de se faire renvoyer.

Skeeter Phelan, la blanche de retour à Jackson après ses études, n’est pas comme les autres. Son rêve n’est pas de faire un beau mariage et d’avoir des enfants, comme en rêvent ses amies, son rêve est devenir écrivain. La jeune blanche et les deux bonnes noires, poussées par une envie folle d’enfin changer les choses, vont peu à peu apprendre à se faire confiance et devenir amies, unies par un projet fou: écrire dans le plus grand secret les histoires croisées des bonnes noires de Jackson. 

On oscille en permanence entre indignation et émotion, entre suspense et fou rire. Les échanges sont savoureux, le point de vue des bonnes souvent irrésistible, l’histoire avance et nous happe sans nous laisser de répit, on a peur  pour Minny et Aibileen, on est hilares en lisant les inventions de Minny, on croise les doigts tout le long pour que ça marche. Le tissage des sentiments se fait fil à fil, c’est fin et inventif du début à la fin.

Une totale réussite!

 

lirgnomed |
unefilleajd |
Banale , mais .. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chroniques d'un libanais gai
| Océane
| danslapeaudunefemmede38ans