Carnet de route de Caloulaframboiz

30 juillet, 2015

Jean Ferrat

Classé sous Non classé — caloulaframboiz @ 18:44

Mes parents me racontent leur balade au lac d’Issarles, en Ardèche, à la recherche d’un peu de fraîcheur. De retour, ils ont tenu à s’arrêter à Antraygues sur Volane, le petit village où est enterré Jean Ferrat.

« C’est un petit cimetière de campagne, écrasé de soleil, avec des herbes qui t’arrivent aux genoux. On a fait deux fois le tour, sans voir sa tombe, et puis, tout au bout, un petit escalier qui monte jusqu’à un surplomb, et quelques personnes rassemblées. On s’est dit que ça devait être là…Une pierre tombale très sobre, sur laquelle est gravée son nom à la ville, Jean Tenembaum, une photo, des fleurs; quelques anonymes réunis un soir d’été, émus. »

Un passage obligé pour mes parents,toute une histoire pour moi…celle du premier tourne-disque orange-années soixante-dix qu’on m’avait offert, accompagné du 45 tours de La montagne passé en boucle, face A et face B… et tous ses autres succès qui nous ont accompagnés, mon frère, mes sœurs et moi,  tout au long de notre enfance. L’histoire du Potemkine, racontée par mon père, parce que je ne comprenais pas les paroles…celle de Nuit et brouillard, qui me fait frissonner  chaque  fois que je l’entends…les paroles, sa voix grave reconnaissable entre mille… et Que serais-je sans toi, LA chanson d’amour que je préfère…

Image de prévisualisation YouTube

 

3 Réponses à “Jean Ferrat”

  1. Cristophe dit :

    J’avais toujours compris « Que serai-je sans toit » et c’était la chanson de couvreur que je préférais.

  2. Un vrai plaisir de te retrouver.
    Bizzzzzzzzzzz
    Tân
    Et un autre vrai plaisir, à écouter Ferrat….

    Dernière publication sur chroniques variées : espèce de cons

  3. jcn54 dit :

    Nous aussi on a eu du mal à trouver sa tombe.

    Dernière publication sur Jean Claude's news : Un ange parmi les anges

Laisser un commentaire

lirgnomed |
unefilleajd |
Banale , mais .. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chroniques d'un libanais gai
| Océane
| danslapeaudunefemmede38ans