Carnet de route de Caloulaframboiz

31 mars, 2013

Où vont les histoires.

Classé sous Fiction — caloulaframboiz @ 20:00

C’était devenu un rituel : tous les soirs, après ses six heures de ménage dans les bureaux de Bercy, Marcelle s’asseyait sur un banc, gare de Lyon, et passait une bonne heure à regarder les histoires des vies qui se croisaient là, sous ses yeux. Puis elle descendait prendre son RER et rentrait chez elle, où personne ne l’attendait.

D’accord, une gare, c’est crasseux. D’accord c’est bruyant, froid en hiver, et nauséabond en été. D’accord, c’est un peu comme une prostituée de l’est, avec beaucoup de passage et pas beaucoup de sentiments, et pourtant…

Pourtant, elle aimait le manège permanent des trains qui partent et qui arrivent, elle aimait le cliquetis des lettres métalliques qui s’affolent sur le grand panneau des départs. Elle aimait se raconter les histoires dont elle ne percevait que la façade : cette femme très belle et triste, avec un cœur aussi lourd que sa valise, ce jeune globe-trotter avec son sac à dos rond comme le monde, ce gamin qui se prend une claque parce qu’il tire la langue au contrôleur, ce paumé qui essaie de faire le sac d’une vieille…toutes ces silhouettes comme une ritournelle d’un monde qui court sur lui-même sans devoir jamais s’arrêter.

Un jour, il y a longtemps, elle avait été elle aussi une voyageuse, elle avait dit au revoir à quelqu’un sans savoir qu’elle ne le reverrait plus…

Calée sur son banc, avec son cabas contre les genoux, elle tourna la tête pour surveiller l’heure et se dit qu’elle n’allait pas tarder à descendre, lorsqu’elle vit, posé à côté d’elle un gros album photo .

Elle chercha des yeux à qui il pourrait appartenir… toute occupée qu’elle était à se perdre dans la vie des autres, elle n’avait pas du tout fait attention à la personne qui était assise à côté d’elle.

Elle attendit longtemps, avec l’album dans les mains, sans trop savoir quoi faire. Parfois, le soir, elle repartait avec un journal ou un magazine oublié mais un album, c’était différent. C’était personnel.

Indécise, elle laissa le temps  s’écouler mais cette fois, son regard était rivé sur la couverture cartonnée de l’album. Finalement, avec des scrupules de gamine prise sur le fait, elle l’ouvrit.

Sur la première page, c’était la photo d’une jeune femme assise sur des escaliers ensoleillés, elle semblait insouciante et heureuse de vivre. Puis suivaient des photos de famille, avec les mêmes personnages qui revenaient à chaque fois. Elle leur donna des noms. Lui, là, avec son air jovial, c’était René, et celui-là, sûrement le grand –père, elle l’appela Florent. Il avait toujours l’air droit et autoritaire. Et puis cette grande brune assez jolie devait s’appeler Marie. On retrouvait un cousin, Vincent, des amis, Frank et Lucette, un chien, Caporal. La famille partait en vacances dans une voiture surchargée, photos de campings à la montagne, de veillées auprès d’un feu, de poses rigolotes devant des monuments. Et puis il y avait une naissance, un petit bébé beau comme un astre, devant des parents qui éclataient de bonheur. La petite nouvelle s’appellerait Sarah. Puis on découvrait Sarah faisant ses premiers pas, Sarah avec son premier cartable sur les épaules, puis une autre naissance, des Noëls avec des cadeaux et des bougies sur la table, des pique-niques dans les prés et des plongeons forcés dans la piscine.

Le temps passait comme la vie au fil des pages. Sarah était devenue une ado, on la voyait avec son petit copain, puis avec un autre, et puis encore un autre, et puis un autre, et Marcelle se dit que cette Sarah avait un cœur d’artichaut… Photos d’anniversaires, de batailles de mousse à raser, de construction d’une maison,  de couchers de soleil sur un coin de paradis…Marcelle s’attachait à tout ce monde qui défilait sous ses yeux juste pour elle, il lui semblait maintenant qu’elle connaissait intimement chacun d’eux, qu’elle perçait peu à peu leur caractère…Photos de gestes tendres, d’une main posée sur l’ épaule, d’un sourire chaviré, d’un regard désabusé, ou perdu dans le vide. Le grand –père devait être mort, il avait disparu depuis plusieurs pages…

-Madame ? Tout va bien ? Vous attendez quelqu’un ?

C’était une agent de sécurité de la SNCF.

En levant les yeux vers elle, Marcelle fut surprise de voir qu’il faisait nuit noire et que la gare s’était peu à peu vidée.

-Oui, oui, tout va bien, la rassura-t-elle, je m’en allais.

L’agent s’éloigna.

Il ne restait plus qu’une page à tourner à cet album.

Marcelle se dit qu’elle allait regarder la dernière photo, puis qu’elle remettrait l’album à sa place. Peut-être que demain, quelqu’un viendrait le chercher ?

Elle tourna la page.

Sur la dernière photo, on voyait une vieille dame dans une gare.

Assise sur un banc.

23 mars, 2013

Framboise party

Classé sous Non classé — caloulaframboiz @ 19:00
Framboise party moi-bis-0111-300x225

Ben quoi! J'ai le droit, c'est une framboise! ^^ >Et en plus hier, c'était grand soleil!

16 mars, 2013

Mistral

Classé sous Non classé — caloulaframboiz @ 18:18

Fille du mistral…Je suis née ici, et pourtant, le mistral, on ne s’y fait jamais. Entendre à la météo que le mistral va souffler sur la vallée du Rhône à 100 ou 110 km/h, ce sont juste des mots. Le vivre, c’est autre chose. C’est un vent qui rend fou, et on a beau être né ici, on ne s’y habitue pas. D’ailleurs, je vois bien, dans ma classe, quand le mistral souffle depuis plusieurs jours, combien mes élèves sont énervés, électriques! Que dire des nuits où ça souffle  à décorner un bœuf, la maison semble être au cœur d ‘une tempête, avec le toit qui gémit ,et les portes qui cliquettent sans fin.  Sur la terrasse, rien ne résiste, tout est sens dessus dessous au petit matin. Parfois, je retrouve  dans le jardin des objets appartenant à ma voisine, un parasol, une bouteille, un bac de compost…L’arbre qui pousse dans la cour a tout compris, avec son tronc incliné à 30°, peut-être pas le plus beau, mais le plus adapté. Un copain qui , après une rupture amoureuse, loge quelques mois au bord du Rhône dans un mobil home nous raconte qu’il entend venir les bourrasques de loin, un grondement sauvage et impressionnant. Et puis, ça enfle, ça gronde et tout se met à bouger, les assiettes tombent des placards et les verres dansent. Impossible de dormir..ça peut durer 3 jours, ou bien 6 ou bien 9. ben oui, ce sont des multiples de 3, c’est comme ça, ça ne s’explique pas. Et puis au petit  matin, ou au coucher de soleil, soudain, tout s’arrête. Plus un souffle d’air, plus rien.Le nirvana! :-)

lirgnomed |
unefilleajd |
Banale , mais .. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chroniques d'un libanais gai
| Océane
| danslapeaudunefemmede38ans