Carnet de route de Caloulaframboiz

  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2012

26 septembre, 2012

Monday evening…

Classé sous Non classé — caloulaframboiz @ 9:10

Lundi soir, 19H20…Je sors ENFIN de l’école, après la réunion de rentrée avec les parents. Ce n’est pas que ce que j’avais à leur raconter était spécialement long, mais on a toujours des parents qui s’attardent après, pour savoir comment ça se passe, pour demander des conseils etc. Là, j’avais entre autres, une maman d’une élève dyslexique qui voulait me convaincre d’assister à un colloque sur la dyslexie à Lyon. C’est sûrement passionnant, mais j’ai une vie après l’école…enfin, j’essaie. Ah! Où sont-elles, ces maîtresses hussardes de la république, se vouant corps et âme à leur vocation!…J’avais trouvé, dans une des premières classes où j’enseignais, un code Soleil datant des années cinquante. Le code Soleil, c’était la bible du maître parfait. Il était écrit que la maîtresse de village se devait d’être en toutes circonstances irréprochable, aussi bien dans sa tenue vestimentaire que dans sa conduite. Elle  devait s’interdire de participer aux fêtes du village et s’imposer à tous en tant que modèle de vertu. Wow, un programme de folie…

Bref,  toujours est-il que me voici sur la place à une heure tardive, au volant de ma voiture,imaginant avec délice la première chose que j’allais faire en rentrant chez moi: enlever ces chaussures neuves qui me compriment et faire respirer mes pieds contrits.Oui, l’institutrice de village, le lundi soir, sait se contenter de joies simples… Machinalement, enfin, « à l’insu de mon plein gré », j’ai levé les yeux vers la maison de Dr Ross…Y  avait de la lumière…Merde, me suis-je dit, je finis plus tard qu’un toubib à l’hôpital…Est-ce bien normal? :-)


19 septembre, 2012

What else?

Classé sous Réflexions qui n'engagent que moi — caloulaframboiz @ 18:51

Au secours. ça ne va plus du tout!

Je ne vais pas tomber amoureuse, quand même?????


Merde, merde.

J’avais pourtant dit: « Jamais, plus jamais! « 

Moi, je veux du calme, de la sérénité, du self-control, et avoir l’esprit libre, tout le temps. 

Depuis la rentrée, entre lui et moi, mettons deux conversations, puis son regard planté dans le mien lorsque je me suis retournée dans la cour, ajoutons un échange de sourires, des pointes d’humour (noir, celui que je préfère), des croisements sur la place du village, et à chaque fois, la sensation vertigineuse qu’on ne se laisse pas indifférents.

Sur ce coup-ci, le destin s’en est mêlé artistiquement. aura pris son temps. Et en aura fait, des circonvolutions.

Quand je pense que la deuxième fois que j’ai rencontré ce gars, il m’a palpé les seins, pour conclure que tout allait bien. (Ben, oui, vous savez, le médecin  radiologue…)Que la première fois, je l’ai sauvé d’un enfermement dans sa propre maison (sa femme étant partie avec les clefs…). Cela s’appelle l’art de ne pas faire les choses dans l’ordre… ni comme tout le monde.

On s’était aussi croisés deux fois sur la place,à des heures tardives, et à chaque fois, c’était drôle.

Et voilà voilà. Cet été, sa compagne est partie.Son fils, qui était jusqu’alors inscrit en école privée, a changé d’école. Son père l’a inscrit au village et il se retrouve dans ma classe.Non, c’est pas drôle! ^^^^Va falloir gérer. 

 

J’ai écrit l’article hier soir. En le relisant, là, une certitude s’impose: il est hors de question qu’il se passe quoique ce soit. Bon, il a marqué un mot dans le cahier de liaison, expliquant qu’il ne pourra être présent à la réunion de lundi…et il a signé de son prénom.Et alooooorrrrs? :-) ))))))

 

9 septembre, 2012

Clin d’oeil

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 10:57

Clin d'oeil  dans Humeur lannée-du-prof

Parce que c’est tellement ça^^^^^, trouvé sur l’excellent dangerecole, of course!

 

 

clooney dans Humeur

Et là, parce que cela aurait été tellement cool si ça avait été ça… il y avait un poste vacant à la rentrée dans l’école, mais c’est une femme qui a été nommée…Quant aux hommes travaillant à l’école… no comment !!!^^

8 septembre, 2012

La grande librairie trash

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 11:13

D’habitude, j’aime bien La grande librairie. Donc, jeudi soir, malgré mes dix heures de boulot intensif(je ne dis pas merci aux paperasses de rentrée et à mes sempiternels doutes qui font que je réfléchis à douze fois avant de savoir comment je vais faire telle ou telle chose), bref, malgré tout, du bon chocolat dans la main gauche, et une verveine dans la main droite(la tisane,pas la liqueur,  n’allez pas croire que je me saoûlote dès le boulot repris) ( quoique), bref,  je me suis installée sur mon canapé pour suivre Djian, Angot, Nothomb, et les autres.

Chacun a présenté son nouveau roman avec plus ou moins de talent. C’est toujours une sacrée confrontation à la réalité, de voir celui qu’on a lu pendant de longues heures s’exprimer à la télé. Certains s’en sortent très bien, et savent se vendre ( D’Ormesson), d’autres sont touchants ,désarmés et mal à l’aise face à une caméra(Anna Gavalda), d’autres encore sont tels qu’on les imaginait, névrosés et effrayants tant ils respirent la joie de vivre(Houelbecque)…

Cependant, hormis le plaisir de voir des noms sur des premières de couverture prendre vie au petit écran, les sujets des quatre romans présentés hier me laissèrent perplexe… en fait, si vous cherchiez un bon film d’horreur gore et trash, c’était sur Arte que ça se passait ce soir-là ! ^^ Christine Angot raconte dans Une semaine de vacances l’histoire d’un inceste, tout un roman avec des scènes crues et choquantes qui se succèdent les unes aux autres sans que rien ne nous soit épargné. Ouais, super! Et l’auteure de nous expliquer que sans son livre, l’inceste resterait un mot vide de sens, dont on ne soupçonnerait pas tous les affreux dessous.

Nothomb, elle, reprend le conte de Barbe Bleue, en le mettant à sa sauce, ( forcément, un livre par an depuis vingt ans, ça use), donc voilà son héros qui zigouille allègrement toutes les femmes qu’il aime. Djian(Oh… ») parle d’une femme violée qui décide de ne pas porter plainte, vu que, de toute façon, elle a une vie calamiteuse, dans laquelle rien ne va, elle se dit qu’un peu plus un peu moins..Que des super sujets de rentrée littéraire, hein…

Allez, j’avoue, j’ai eu un petit faible pour Djian et sa façon de nous expliquer comment il écrit un roman. Il part d’une  phrase, qui va s’enchaîner à une autre phrase, puis à une autre…mais il ne sait pas à l’avance où tout cela va le conduire. Le roman se construit au fur et à mesure qu’il l’écrit. Pour lui, ce qui compte, ce n’est pas l’histoire, c’est le style, la manière de dire. Et j’aime son style… du coup, je lui pardonne beaucoup de choses. Malgré tout, même si le bonheur  ne fait pas vendre, il doit encore être possible d’écrire un livre qui fait du bien, un livre qui redonne foi en l’humanité,un livre sans perversion, un livre qui nous fait sourire, voire même rire…ben si, ça existe.. :-)

lirgnomed |
unefilleajd |
Banale , mais .. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chroniques d'un libanais gai
| Océane
| danslapeaudunefemmede38ans