Carnet de route de Caloulaframboiz

15 juin, 2011

Y a des matins comme ça…

Classé sous Humeur — caloulaframboiz @ 8:41

Y a des matins comme ça…On a mis trois pinces dans ses cheveux propres et ça fait un chignon dément, style haute-couture… On a mis LE petit haut blanc top dont on rêvait depuis deux ans,  qu’on a fini par dégoter samedi totalement par hasard,  et ça le fait GRAVE… Dommage que ce soit pour  aller à une réunion de boulot dans une salle de classe poussiéreuse, dans un village paumé du fin fond de la campagne… LOL   

6 juin, 2011

Emotion

Classé sous Bout de chemin — caloulaframboiz @ 20:10

rootsofemotion.jpg

Emotions fortes aujourd’hui… Je ne finirai pas centenaire, c’est sûr.

Il y a des hommes, qui, dès qu’on leur parle sentiments, deviennent autistes, ils répondent à nos appels par des silences, ils fuient. Ils ne savent pas faire.

Moi, j’ai de la chance.  

2 juin, 2011

C’était il y a trente ans

Classé sous Bout de chemin — caloulaframboiz @ 11:23

mediumlondoncalling1.jpgIl y a 30 ans, on était en 1981. J’étais en terminale C au lycée Gérard Philippe. Je me préparais à passer le bac et j’étais amoureuse de Norbert. La gauche venait de passer au pouvoir, et le lendemain de l’élection, la surveillante générale, une rose à la main, dansait au milieu des élèves dans le hall d’entrée.  La prof d’histoire, un sourire radieux sur le visage, nous expliquait qu’en fait, là, on était en train de vivre l’Histoire avec un grand H.

Nous, on voyait plutôt qu’on avait des tas de chapitres à ingurgiter avant la date fatidique, et en guise de protestation révolutionnaire anticonformiste,on portait tous, tel un uniforme, des jeans Lois et des Stan Smith. Dans les booms, on s’éclatait sur les nouveautés de l’époque, AC/DC venait de sortir Highway to hell, Téléphone gueulait  » Argent trop cher! »,  les Clash  poussaient le cri du coq dans  » London Calling »mais quand même, parce qu’on planquait bien un peu de romantisme, on dansait des slows sur  » When a man loves a woman » ou sur  » Capri c’est fini ». On fumait, et on parlait des nouveautés, du disque laser, invention improbable qui ne risquait pas de marcher, et puis comment imaginer quelque chose qui détrône tous ces vinyls qu’on aimait tant? ll n’y avait pas de téléphone portable ni d’ordi, et pour dire à quelqu’ un  » je t’aime », on pouvait pas se planquer derrière des  » Jt’m »  de sms, fallait avoir des couilles …

Norbert avait de l’acné et des jambes toutes maigres, et moi je remplissais déjà des pages de toutes ces émotions qui me noyaient. Je passais des nuits blanches chez mon amie Sylvie, à refaire le monde et à imaginer ce que serait notre avenir, on allait au lycée  crevées,sans avoir dormi, mais avec la conviction que pour nous, ce serait différent. Elle est devenue trader pour la Société Générale et moi instit rurale…C’est pas vraiment ce qu’on avait prévu…

Aujourd’hui, le lycée Gérard Philippe a été rebaptisé lycée Albert Einstein, – tout un symbole-,  et c’est mon fils qui prépare le bac. La gauche empêtrée dans ses contradictions n’en finit pas d’essayer de revenir au pouvoir, les vinyls sont vintage, et Bon Scott mange les pissenlits par la racine. Corine ne parle plus à Jean-Louis, et Norbert a divorcé deux fois.   Y a toujours autant d’émotions en moi,  et j’ai des rêves plein la tête pour les trente ans à venir.

Et vous, vous faisiez quoi il y a trente ans? 

lirgnomed |
unefilleajd |
Banale , mais .. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chroniques d'un libanais gai
| Océane
| danslapeaudunefemmede38ans